Grand stage d’été à Aubard en France

Stage à Aubard au Centre international de notre école de Tai Chi

Notre grand stage d’été réuni chaque année les enseignants, les élèves et pratiquants de tous pays.

Un contexte idéal pour commencer ou poursuivre un travail énergétique dans le Taï Ji Quan ou le Qi Gong. Venez découvrir l’Art du Chi dans une ambiance conviviale de simplicité et de bonne humeur durant une journée, une semaine ou plus …

Contenu du stage

Les enseignants : Durant tout le stage Michèle Stévanovitch et Christian Michel seront les enseignants principaux. Chaque semaine, un ou deux enseignants expérimentés partageront leur expérience et leur sensibilité aux différents groupes.


Au sol, dans un dojo extérieur, nous aborderons le travail de détente, relaxation, découverte de l’écoute intérieure, auto-massages, respiration, recherche du Tantien, de la petite circulation du Chi et autre travail énergétique selon les niveaux.
En extérieur, à l’ombre des grands chênes, nous alternerons apprentissage et décomposition des mouvements de Taï Ji Quan ou de Qi Gong, découverte et perfectionnement de la connexion par le Chi, application du travail entamé au sol, pratiques.


La répartition par groupe permet à chacun de participer et d’évoluer selon son niveau.
Que ce soit pour une première expérience ou pour un séjour de perfectionnement, le stage d’été propose un vrai travail, une belle recherche dans une ambiance simple et conviviale et dans un cadre de nature magnifique.

Dates des prochains stages

5 semaines de mi-juillet à mi-août / Grand stage d’été
Inscriptions et réservations indispensables (NB: possibilité de loger sur place)

L’art du Chi, la médecine et la santé, un texte de Vlady

Un art qui ne s’improvise pas

L’action du guérisseur ne peut être prévu, ni par lui-même, ni par aucune méthode.

Elle dépend de facteurs non mesurables, non analysables, non objectivables. Le guérisseur n’a pas besoin de connaissances ni de théories pour agir. Il agit comme la nature, directement. Il faut essayer d’apprendre à agir. Dans le domaine dont je vous parle, il ne sert à rien d’étudier des textes. On n’apprend pas à jouer du violon en étudiant les textes. Le corps humain est un instrument infiniment plus difficile à maîtriser qu’un violon. Pour s’en servir, pour en sortir des pouvoirs comme un violoniste sort les sons d’un violon, il faut le travailler, il faut l’éduquer, il faut le modeler. En un mot il faut l’apprendre. C’est la seule voie sérieuse. Elle passe par l’effort et par la discipline. Elle demande de la persévérance, de l’engagement, du renoncement ou même du sacrifice. C’est le prix qu’on paye toujours pour la maîtrise d’un art.

Une longue préparation est nécessaire pour devenir guérisseur. Il faut acquérir une puissance énergétique très largement au-dessus de la normale, apprendre à renouveler son énergie, au fur et à mesure qu’on se vide, être capable de la contrôler, de la doser et de la diriger. De la déverser abondamment quand c’est nécessaire mais aussi d’en arrêter l’écoulement quand il se fait inutilement.

Vlady Stévanovitch

Pour en savoir plus sur le Chi en médecine

La voie de l’Energie

Le travail intérieur transforme notre être.

« Vider la conscience de toute pensée, de toute image mentale, arrêter le monologue intérieur. Atteindre le vide mental. Une recherche dont l’outil est le verbe ou la pensée est incompatible avec la recherche de la Voie Intérieure. C’est la Voie du silence. Elle mène au dépassement des limites de la conscience, mais en passant par la paix intérieure, l’équilibre mental et physique, la santé, le bien-être, le bonheur. Le tout abondamment arrosé d’amour.  »
Vlady Stévanovitch : La voie de l’énergie p 242

L’Art du Chi et l’Aïkido – l’union, l’harmonie, la voie

L’aïkido vient du soleil levant (Japon).


Le fondateur est le maître japonais Morihei Ueshiba (1883-1969). Il a fait sa propre synthèse en partant des arts martiaux traditionnels pratiqués autrefois par les samouraïs. En mettant en évidence leurs performances et qualités techniques, il leur a intégré les valeurs morales de l’être humain, réalisant donc un saut qualitatif de l’art martial purement physique à l’art martial spiritualisé.

                      AI= harmonie, union, rencontre, coordination, …
                      KI= énergie vitale, esprit, âme, force intrinsèque, …
                      DO= chemin, voie.

La définition du fondateur : « la voie d’Harmonie entre l’Homme et l’Univers ». Il dit d’ailleurs « le but de l’aïkido est de nous mettre en Harmonie avec l’Univers et de faire de nous un élément intégré à cet Univers ».

Si l’on s’arrête juste aux aspects physiques, techniques et de self-défense, ce n’est plus de l’aïkido.

D’un point de vue technique:
L’aïkido répond aux lois de la sphère dynamique. En aïkido l’attaque n’existe pas, c’est un art martial de défense.

Principe :

L’attaque est esquivée,  l’attaquant est déséquilibré et entraîné dans un vide tourbillonnant et projeté ou contrôlé au sol. L’énergie de l’attaque (de l’attaquant) est contrôlée, amplifiée et finalement guidée contre lui-même.
L’aikido se pratique soit à mains nues, soit avec des armes. L’aïkido est une méthode d’autodéfense efficace contre toutes les formes d’attaques. L’aïkidoka laisse l’agresseur faire le premier geste pour ensuite le contrôler sans lui faire de mal irréparable. On ne recherche pas la destruction de celui-ci, mais la neutralisation de son acte agressif. L’agresseur est ramené à la raison, l’inutilité de son action étant démontrée…

En aïkido, il n’y a pas de compétition sportive. En entraînement sur le tatami, il n’y a pas d’agresseur mais un partenaire.

https://alexwalnier.wixsite.com/aikido

L’Art du Chi – une orientation

Le Chi peut être utilisé à des fins très diverses, notamment le combat, le soin, la vie quotidienne ou la quête spirituelle.

Au sein de l’Ecole de la Voie Intérieure, le Chi est un instrument de communication avec les autres, avec la nature.

C’est en même temps un instrument d’exploration de nous-mêmes.
De notre corps pour commencer.

Mais aussi, bien au-delà du corps perçu, de notre réalité profonde, de ce que nous sommes fondamentalement avant toute différenciation : des unités de vie.

L’enseignement s’abstient de toute connotation religieuse et tourne le dos au spectaculaire et à la compétition.

La mobilisation du Chi (énergie vitale) dans le corps est le premier objectif de la pratique de l’Art du Chi.

L’harmonie et la beauté qui émanent de cette pratique, la recherche permanente et le développement du potentiel intérieur qu’elle implique en font un art.

L’Aïkido et l’Art du Chi

En soi, la pratique de l’Aïkido et le style de Tai Chi de l’Art du Chi se rejoignent à merveille: répondre aux lois de la sphère pour l’un et être à l’écoute du vivant, de la vie pour l’autre – un vrai partenariat sur la voie du vivant!

Dès janvier: retrouvez les cours de l’Art du Chi au Centre Aïkido et bien-être Boncelles

Stage de l’école belge à Durbuy


3 jours de stage – 23,24,25 août

Organisé par les enseignants belges (nous sommes une trentaine en Belgique).  Plusieurs niveaux de cours par jour dans un cadre magnifique.  On se réjouit!

Le stage se déroule au Gîte d’étape de Villers-Ste-Gertrude (Durbuy).

La durée du séjour peut se faire au choix avec possibilité de logement et repas sur place ou non.

Un programme à la carte pour se faire le plus grand bien au cœur de l’été et de l’Ardenne magnifique.

Contact: stage@artduchi.be ou 0470/290.616

64839875_10157290554169509_1938965236342063104_n

 

Le Chi dans le Tai Ji Quan et le Qi Gong

Le mot chinois « Chi » ou « Qi » n’a pas d’équivalent en français. À défaut de traduction précise, on parle d’énergie vitale. Mais le Chi, c’est bien plus qu’une énergie.

Elle se distingue des autres formes d’énergie par une particularité qu’elle est seule à posséder : elle obéit à la volonté. Elle est une des manifestations les plus étonnantes de la vie.

Le Chi peut être utilisé à des fins très diverses, notamment le combat, le soin, la vie quotidienne ou la quête spirituelle.

Au sein de l’Ecole de la Voie Intérieure, le Chi est un instrument de communication avec les autres, avec la nature.
C’est en même temps un instrument d’exploration de nous-mêmes.
De notre corps pour commencer.
Mais aussi, bien au-delà du corps perçu, de notre réalité profonde, de ce que nous sommes fondamentalement avant toute différenciation : des unités de vie.

La recherche, la mobilisation du Chi au sol et sa mise en circulation dans le mouvement vont de pair.

Il est tout aussi illusoire de pratiquer le Taï Ji Quan sans le support du Chi que de pratiquer les techniques de Chi sans les réaliser, les incarner dans le mouvement.

« La répétition correcte des mouvements de Taï Ji Quan a un effet certain sur le Chi  ».

Ces deux dimensions de notre recherche s’influencent donc mutuellement.

Associé à une respiration rythmée, à l’écoute des mains et à l’engagement de plus en plus évident du Tantien, le Taï Ji Quan libère en douceur toutes les articulations, régénère le corps par une augmentation de la circulation de Chi due à des mouvements adaptés : toutes les fonctions vitales sont ainsi stimulées. Le corps porté par le souffle, s’enracine tout en se fluidifiant.

A partir du Tantien et d’une écoute intérieure, le travail debout consiste en une recherche du mouvement juste mobilisant un effort musculaire minimal et nécessitant une coordination logique et aisée des mouvements puis des enchaînements. Ces mouvements s’intègrent à l’espace environnant et s’ouvrent aux courants énergétiques naturels, intérieurs et extérieurs. Le critère du mouvement juste et naturel est le plaisir éprouvé, la joie.